Et si Dieu n’existait pas ?

Étiquettes

, ,

ImageDans sa chronique du lundi 24 septembre 2012, intitulée « En quoi les musulmans sont-ils utiles à l’humanité ? », le jeune penseur Algérien Kamel Daoud affirme : « Je suis algérien et pas arabe. Je suis humain et j’ai le choix d’être musulman ou pas. A ma manière, discrètement, entre moi et le ciel, Dieu et le murmure (…) L’Islam est à revoir, repenser et redéfinir et à ramener à la raison ou à déclarer inapte. L’enjeu est notre place et notre utilité au reste de l’humanité qui avance sans se proclamer le centre du monde ni le « peuple de la vérité ».  Et qu’on arrête de crier au complot, de se croire victime d’une théorie mondiale, de voir les juifs partout même dans mon nom de famille et de multiplier les analyses fumeuses : l’évidence est là (…). Il faut choisir vite : rejoindre l’humanité ou pas. Repenser l’Islam ou pas. Car pour le moment il y a de quoi pleurer et rire en regardant des hirsutes (incultes) brûler un drapeau allemand pour dénoncer l’Amérique et confondre un Etat et un malfrat (…). Dieu et une barbe. Musulman/Arabe ? Non, ce qui est écrit sur mon passeport est clair : « algérien ». Cela ne tombe pas du ciel ni ne me vient de mes ancêtres. C’est quelque chose que je fabrique moi-même pour mes enfants. (…) En quoi faisons-nous avancer le progrès, le mieux, le Droit, la justice ? Qu’avons-nous inventé, musulmans de croyance ou musulmans par la culture, depuis le dernier Astrolabe ? Quand allons-nous enfin admettre que nous sommes devenus un poids mort pour l’humanité et un problème pour la collectivité ? (…) si nous sommes aussi manipulables c’est parce que nous sommes les êtres d’un malaise. Les habitants d’une planète qui a un pied dans l’Iphone 5 et un autre dans les babouches ancestraux. C’est qu’il y a irrésolution, fausse naissance, inadaptation et décalage et donc douleur et donc violence ».

Cette chronique peut être reprise à l’identique pour tout le continent africain. Et se reposer les mêmes questions : « En quoi les Africains sont-ils utiles à l’humanité ? »  Et on se rendrait compte très vite qu’une telle question n’a jamais été la priorité des théoriciens africains, qui ont, pour la plupart, par leur silence complice ou par leur ingénuité cérébrale, alimenté le système d’infantilisation religieuse ou bien ont tourné la tête ailleurs très loin, souvent vers l’Egypte antique, pour éviter de se frotter au présent incandescent et laisser ainsi s’installer et prospérer une sorte de dés-éducation de masse pour ramener tout le peuple à des pratiques religieuses propres au Moyen-Age européen et arabe, garantissant ainsi un retard mental certain sur les autres peuples. Peut-on prétendre fixer le cap pour sortir un peuple de l’humiliation et la souffrance, sans pour autant s’attaquer aux instruments qui ont permis cet état des choses ? L’islam et le christianisme sont-ils en Afrique des problèmes ou des solutions ? En d’autres termes, y a-t-il un seul exemple de pays du continent africain qui, grâce à l’islam ou au christianisme a pu résoudre ses problèmes de chômage, de croissance, de suicide, de santé etc. ? Personnellement, je n’en connais aucun. Donc, nous sommes pour le moins certains que ces 2 religions ne font pas partie de la solution. Y a-t-il des pays, des villes, des communautés en Afrique qui soient entrés en guerre à cause de l’islam et/ou du christianisme ? Du Sénégal au Kenya, en passant par le Mali, l’Egypte, la Cote d’Ivoire, le Nigeria, le Cameroun etc. on peut répondre sans hésiter par un oui, gros comme un éléphant. Donc ces 2 religions font partie du problème.

Lire la suite

UMOJA

more about « The Assassination of Patrice Lumumba …« , posted with vodpod

L’ unico primo ministro congolese eletto fu brutalmente ucciso da un gendarme belga che ricevette anche l’ordine far sparire il corpo nel nome della lotta anticomunista. L’atroce storia della morte di Patrice Emery Lumumba nelle parole dei suoi assassini: il militare belga, Gerard Soete, il colonnello dei servizi segreti francese, Louis Marliere e l’agente dell’intelligence statunitense, Lawrence Devlin, che eseguirono senza discutere gli ordini dell’allora direttore della Cia, Allen Dulles.

di Alessio Antonini e Chiara Giovetti per Missioni Consolata

Un cablogramma che viene da Washington può uccidere un uomo. Gerard Soete fece quello che avrebbe fatto ogni soldato: quando gli dissero di assassinare il primo ministro congolese Patrice Emery Lumumba e i suoi collaboratori Joseph Okito e Maurice Mpolo, di macellare i loro corpi a colpi di accetta e di scioglierne i pezzi nell’acido, per non lasciare…

View original post 2 082 mots de plus

Show électoral aux USA

Étiquettes

, ,

Au cours des 30 dernières années, aucune élection présidentielle US n’a marqué de changement dans la politique extérieure de Washington. Les décisions importantes ont toujours été prises en dehors de cette échéance. Il est tout à fait évident que le président est le maître d’œuvre d’une politique dont il n’est pas le décideur. L’impérialisme yankee seous les quatre ans, l’élection du président des États-Unis donne lieu à un show planétaire. La presse dominante parvient à convaincre l’opinion publique internationale que le peuple états-unien désigne démocratiquement l’homme qui dirigera les affaires du monde.

Dans certains pays, notamment en Europe, la couverture médiatique de cet événement est aussi, sinon plus, importante que celle de l’élection du chef d’État local. Implicitement, la presse insinue que si ces États sont des démocraties, leurs citoyens ne décident pas de leur avenir, lequel dépend du bon vouloir de l’hôte de la Maison-Blanche. Mais alors, en quoi ces États sont-ils des démocraties ?

C’est que l’on confond scrutin électoral et démocratie. Cette remarque s’applique aussi aux États-Unis. Leur grand show électoral serait la preuve qu’ils sont une démocratie vivante. Ce n’est évidemment que poudre aux yeux. Contrairement à une idée répandue, le président des États-Unis n’est pas élu par son peuple, ni directement, ni au second degré. Le peuple US n’est pas souverain et les citoyens ne sont pas électeurs. Le président est choisi par un collège de 538 personnes, les seuls électeurs, désignés par les États fédérés, les seuls souverains. Au fur et à mesure du temps, l’habitude a été prise par les États fédérés de consulter leurs citoyens avant de désigner le collège d’électeurs. L’affaire Gore contre Bush (2000) aura rappelé que l’avis des citoyens n’est que consultatif. La Cour suprême a considéré qu’elle n’avait pas à attendre le recomptage des voix en Floride pour proclamer le vainqueur. Pour elle, seul importait que l’État de Floride désigne ses électeurs, et pas du tout de savoir ce qu’en pensaient ses habitants.

L’illusion ne s’arrête pas là. Lorsque George W. Bush logeait à la Maison-Blanche, personne n’imaginait qu’un homme aussi inculte et incompétent puisse exercer la réalité du pouvoir. Chacun pensait qu’une discrète équipe l’exerçait pour lui. Pourtant, lorsque Barack Obama lui a succédé, beaucoup ont déduit que puisqu’il était plus intelligent, il était le pouvoir. Mais comment croire que l’équipe qui exerçait le pouvoir sous Bush y aurait spontanément renoncé sous Obama ?

Regardons un instant l’agenda du président US : audiences, discours et inaugurations se succèdent sans interruption. A quel moment cet homme aurait t-il le temps de s’informer sur les sujets à propos desquels il lit des discours ? Il n’est pas plus président que les présentateurs des journaux télévisés ne sont journalistes. Ils font en fait le même métier : lecteurs de prompteurs.

Pourtant, nous sentons confusément que le show Obama-Romney n’est pas uniquement un spectacle ; que quelque chose se décide. En effet, dans le système constitutionnel US, la première fonction du président, c’est de nommer les titulaires de plus de 6 000 postes. L’alternance politique s’apparente ainsi à une vaste migration des élites. Des milliers de hauts fonctionnaires et des dizaines de milliers d’assistants et de conseillers pourraient être renvoyés au profit de nouveaux, qui seraient majoritairement des anciens de l’ère Bush. L’élection présidentielle US détermine les carrières personnelles de tous ces gens. Et avec elles, son cortège de corruption en faveur de telles ou telles multinationales. Il y a donc des raisons d’investir de l’argent, beaucoup d’argent dans ce duel.

Et la politique internationale dans tout cela ? Au cours des dernières années, les changements ne sont pas survenus lors des élections présidentielles, mais durant les mandats. Bill Clinton (1993-2000) devait poursuivre la réduction des budgets militaires après la disparition de l’URSS et apporter la prospérité économique, mais en 1995 il procéda au réarmement des États-Unis. George W. Bush (2001-2008) devait rationaliser le Pentagone et mener une « guerre sans fin », mais fin 2006, il stoppa le processus de privatisation du Pentagone et commença à préparer les retraits d’Afghanistan et d’Irak. Barack Obama (2009-2012) devait poursuivre le retrait et redémarrer à zéro les relations avec la Russie et le monde musulman. Finalement, il a construit le bouclier antimissile et soutenu une révolution colorée en Égypte et des guerres en Libye et en Syrie. Chaque fois, les lecteurs de prompteurs ont opéré sans états d’âme des virages à 180 degrés, trahissant toutes les promesses faites à leur peuple.

Le problème de la classe dirigeante US est de trouver le lecteur de prompteur le plus adapté pour justifier les prochains virages politiques. En ce sens Romney représente une nouvelle rhétorique. Il ne cesse de réaffirmer que l’Amérique a vocation à diriger le monde, tandis qu’Obama admet que le monde puisse être ordonné par le droit international. L’actuel président essaye de résoudre les problèmes économiques en réduisant significativement les dépenses militaires et en transférant le fardeau de la guerre sur ses alliés. Par exemple, il a sous-traité la destruction de la Libye aux Français et aux Britanniques. Au contraire, Romney affirme que, pour fonctionner, l’économie US a besoin que ses forces armées patrouillent dans les airs et dans toutes les eaux internationales. Par conséquent, il entend maintenir le niveau des dépenses militaires, à la fois malgré la crise et pour la résoudre.

Quelle que soit l’option choisie, le fond ne changera pas. Les États-Unis veulent se dégager du Proche-Orient dont ils sont devenus moins dépendants au plan énergétique. Ils ne pourront le faire qu’en partageant cette région avec la Russie. S’il reste à la Maison-Blanche, Obama présentera cette évolution comme un progrès du multilatéralisme. Si Romney le remplace, il prétendra mener une stratégie reaganienne et attacher un fil à la patte de l’Ours russe pour l’empêtrer dans des conflits interminables. En définitive, sur ce sujet et sur les autres, la seule conséquence de l’élection présidentielle US sera le choix des arguments utilisés pour nous convaincre que l’Amérique est une démocratie agissant avec puissance et bienveillance. De quoi nous plaignons-nous ?

Thierry Meyssan

Source originale : Tichreen (Syrie)

UMOJA

Je crie, je pleure et je m’en vais dormir !
Je dors pour l’éternité, car je ne meurs pas !
Je dors pour l’éternité, car la RDC m’a sacrifié !
Je dors pour l’éternité, car les miens ne m’ont pas soutenu !
Ne pleurez pas sur moi, pleurez pour vous !

Que penser…? Que dire…? Que faire…? …du peuple RD congolais.
Lui qui écoute, mais n’entend pas … !
Lui qui regarde, mais ne voit pas… !
Lui qui croit, mais n’accepte pas… !

Je vous dis, Ô peuple RD Congolais,

ETRE HOMME ET LIBRE, C’EST ETRE… !
ETRE HOMME ET ESCLAVE, C’EST AVOIR… !

Vous avez été corrompu, oui, vous êtes corrompu.
Matériellement, financièrement, spirituellement,…

ETRE est le passeport pour le futur !
Demain appartient à ceux qui s’y préparent aujourd’hui.

Le dernier appel au patriotisme vous est lancé,
Vous êtes désormais mis en demeure.

Votre seul salut est…

View original post 90 mots de plus

Victoire Ingabire condamnée

Étiquettes

, , , ,

L’opposante rwandaise Victoire Ingabire a été condamnée à huit ans de prison ferme pour « conspiration contre les autorités par le terrorisme et la guerre » et « négation du génocide ».La Cour n’a pas retenu l’accusation de « propagation de l’idéologie de génocide ».

Présidente des Forces démocratiques unifiées (FDU), formation d’opposition non reconnue par les autorités de Kigali, Mme Ingabire, incarcérée depuis octobre 2010, était poursuivie pour complicité de terrorisme, propagation de l’idéologie du génocide, atteinte à la sûreté intérieure de l’Etat, création d’un groupe armé avec l’intention de provoquer la guerre.

Le parquet avait requis la prison à vie contre Mme Ingabire.

L’opposante rwandaise n’était pas au tribunal lors de l’annonce du verdict; elle a boycotté le procès affirmant que des preuves avaient été fabriquées contre elle.

Le chef des forces démocratiques unifiées a été arrêtée en Avril 2010.

Depuis, elle a été empêchée de se présenter aux élections présidentielles.

Selon le correspondant de la BBC à Kigali, la capitale, son avocat, le dirigeant adjoint du FDU et un certain nombre de ses partisans étaient présents au tribunal.

Ils ont déclaré qu’ils avaient tous été choqués par la lourdeur de la peine.

Son parti, les Forces démocratiques unifiées, formation d’opposition non reconnue par Kigali, a 30 jours pour faire appel de ce verdict.

Partie suivre une formation aux Pays-Bas peu avant que n’éclate le génocide des Tutsi en 1994, Victoire Ingabire est revenue au Rwanda début 2010.
Mots-clés

© Copyright BBC Afrique

NOTRE PEUPLE EST ANESTHESIE

Étiquettes

, ,

« La plus grande erreur de notre mouvement a été d’essayer d’organiser un peuple endormi autour de buts spécifiques. Vous devez d’abord réveiller les gens, puis vous aurez de l’action… »Malcom X « 

Je vous souhaite un bon dimanche avec cette pensée de Malcom X que je fais mienne aujourd’hui, à la vue des 50 ans d’erreurs à poser des débats inutiles alors qu’on aurait dû commencer par le commencement: Le réveil de la population. Il suffit de mettre un petit débat Chine-Afrique pour se rendre compte de comment les africains se sont assis dans la posture unique d’employés, d’esclaves modernes et jamais dans celle des patrons potentiels.

Avant de débattre de toute chose avec le peuple, songez d’abord à le réveiller, car on ne dialogue pas avec quelqu’un qui dort. On ne fait pas des projets pour un peuple qui ronfle. On n’indique pas la route à quelqu’un qui ne vous a rien demandé et qui ne sait toujours pas qu’il a suffisamment grandi, par conséquent qu’il ne doit plus se déplacer sur les fesses et qu’il doit maintenant se lever et commencer à marcher en tenant debout sur ses propres jambes.

Nos parents et prédécesseurs se sont trompés, à passer tout leur temps à faire le débat sur le débat sur quel genre d’experts devaient venir de la diaspora pour diagnostiquer et découvrir que le peuple avait juste besoin de l’eau potable et de l’électricité. Les techniques pour porter l’eau d’une rivière à la maison datent depuis les Étrusques, c’est-à-dire des siècles avant les Romains (même si le mensonge historique en a abusivement attribué la paternité aux Romains). 3.000 ans après, avons-nous encore besoin du moindre débat pour appliquer l’aqueduc étrusque ? Non. Arrêtez avec des formations inutiles dites de « Économie du développement », Faculté de réduction de la pauvreté », « faculté de maintien de la paix ». Ceux qui ont eu de telles idées sont complètement nuisibles pour l’Afrique parce qu’ils démontrent tout simplement d n’avoir rien compris des enjeux du monde. L’Afrique n’est pas une réserve indienne pour qui on fabriquerait des pseudo théories au rabais.

Pensez un seul instant si les Sud-Coréens au lieu de se battre pour être les premiers au classement des universités dans le monde, s’étaient plutôt engouffrés das des pseudo formation du genre faculté de réduction de la pauvreté.

Pour comprendre le niveau de tromperie de telles formations, imaginez un seul instant s la Chine au lieu de se demander comment battre l’occident en multipliant de façon exponentielle le nombre de ses ingénieurs et dans tous les domaines et avec un bon réseau d’écoles techniques, s’était mise à construire des facultés dite de « maintien de la paix ». Et si l’Inde ou même l’Iran plutôt que de mettre ses ingénieurs à chercher comment construire sa propre bombe atomique s’était mise à multiplier les facultés de la paix, n’est-ce pas juste ridicule lorsqu’on connait le monde dans lequel nous vivons ?

Tout cela pourrait nous faire sourire, sauf que là ce sont nos enfants qui sont ainsi envoyés à la boucherie, entre les mains des gens qui vont même s’octroyer le luxe de les diviser en herbivore et carnassiers. Ils participent juste à mettre en œuvre les directives du système dominant pour endormir le peuple africain et le marginaliser complètement du concert des Nations avec ces formations tout aussi bidon qu’inutiles..

Les techniques pour maintenir l’Afrique dans le sommeil profond sont énormes et imprévisibles. Voilà pourquoi cela ne sert à rien d programmer ceci ou cela sans tenir compte du fait que le système dominant en se basant sur ses lieutenants africains, tient presque tout le peuple africain dans un sommeil profond. Les cerveaux sont presque tous endormis. Parlez de la Chine, vous allez comprendre très vite des énormités qu’ils vont débiter de la gravité de la situation. Il nous faut d’abord et avant tout, le réveil, le réveil et encore le réveil, même s’il faut passer par des thérapies de choc comme je tente de le faire avec la question de la négation de dieu. Je sais que je choque mais c’est juste semblable à la Nivaquine tellement amère qu’on nous faisait avaler contre le paludisme. Le goût était très mauvais, mais au moins on était sauvé de la maladie.

Le réveil n’est pas l’affaire d’une seule personne ou d’un groupe d’individus. Chacun de nous doit faire sa part. Si vous pensez d’avoir compris un piège du système, dites-le à votre voisin, dites-le à vos amis. C’est ainsi que nous réussirons à neutraliser tout le formol et toutes les substances injectées pour anesthésier tout notre peuple.

Jean-Paul Pougala 21/10/212

http://www.pougala.org/

L’Islande et le refus de l’austérité

Étiquettes

, , , , ,

L’Union européenne fait aujourd’hui le choix de l’austérité face à la crise économique mais se lance en même temps dans le sauvetage — avec des fonds publics — des banques privées qui auraient dû faire faillite à cause de leur mauvaise gestion. Est-ce vraiment la seule solution viable ? Salim Lamrani se penche sur le cas de l’Islande, un exemple que les médias et les apprentis sorciers de la finance européenne préfèrent passer sous silence.

Face à la crise économique, alors que l’Union européenne a choisi la voie de l’austérité et a décidé de sauver les banques, l’Islande a au contraire procédé à la nationalisation des institutions financières et a rejeté les politiques de restrictions budgétaires. Avec un taux de croissance de 2,7% en 2012, même le Fonds monétaire international (FMI) salue le redressement économique du pays.

Lorsqu’en septembre 2008, la crise économique et financière a touché l’Islande, petit archipel du Nord de l’Europe peuplé de 320 000 habitants, l’impact a été désastreux, comme sur le reste du continent. La spéculation financière a conduit les trois principales banques à la faillite, dont les actifs représentaient une somme dix fois supérieure au PIB de la nation, avec une perte nette de 85 milliards de dollars. Le taux de chômage a été multiplié par 9 entre 2008 et 2010, alors que le pays jouissait auparavant du plein emploi. La dette de l’Islande représentait 900% du PIB et la monnaie nationale avait été dévaluée de 80% par rapport à l’euro. Le pays s’est retrouvé plongé dans une profonde récession, avec un recul du PIB de 11% en deux ans [1].

Face à la crise

En 2009, lorsque le gouvernement a voulu appliquer les mesures d’austérité exigées par le FMI, en échange d’une aide financière de 2,1 milliards d’euros, une forte mobilisation populaire l’a contraint à la démission. Lors des élections anticipées, la gauche a remporté la majorité absolue au Parlement [2].

Le nouveau pouvoir a néanmoins fait adopter la loi Icesave – du nom de la banque en ligne privée qui a fait faillite et dont les épargnants étaient en majorité hollandais et britanniques – afin de rembourser les clients étrangers. Cette législation contraignait l’ensemble des Islandais à rembourser une dette de 3,5 milliards d’euros (40% du PIB) – 9000 euros par habitant – sur 15 ans à un taux de 5%. Face aux nouvelles protestations populaires, le Président a refusé de ratifier le texte parlementaire et l’a soumis à référendum. En mars 2010, 93% des Islandais ont rejeté la loi sur le remboursement des pertes causées par Icesave. Soumise une nouvelle fois à référendum en avril 2011, elle a de nouveau été massivement rejetée à 63% [3].

Une nouvelle Constitution, rédigée par une Assemblée constituante de 25 citoyens élus au suffrage universel parmi 522 candidats et composée de 9 chapitres et de 114 articles, a été adoptée en 2011. Celle-ci prévoit un droit à l’information, avec un accès public pour les documents officiels (Article 15), la création d’un Comité de contrôle de la responsabilité du gouvernement (Article 63), un droit à la consultation directe (Article 65) – 10% des électeurs peuvent demander un référendum sur des lois votées par le Parlement –, ainsi que la nomination du Premier Ministre par le Parlement [4].

Ainsi, contrairement aux autres nations de l’Union européenne dans la même situation, qui ont appliqué à la lettre les recommandations du FMI exigeant l’application de mesures d’une austérité sévèr – comme en Grèce, en Irlande, en Italie ou en Espagne –, l’Islande a choisi une voie alternative. Lorsqu’en 2008, les trois principales banques du pays, Glitnir, Landsbankinn et Kaupthing se sont effondrées, l’Etat islandais a refusé d’y injecter des fonds publics, comme dans le reste de l’Europe. Il a au contraire procédé à leur nationalisation [5].

De la même manière, les banques privées ont été contraintes d’annuler toutes les créances à taux variable dépassant 110% de la valeur des biens immobiliers, évitant ainsi une crise de subprime comme celle des Etats-Unis. Par ailleurs, la Cour Suprême a déclaré illégaux tous les prêts indexés sur des devises étrangères qui ont été octroyés à des particuliers, obligeant ainsi les banques à renoncer à ces créances, au bénéfice de la population [6].

JPEG - 20.4 ko
Accusé de négligence dans la gestion de la crise financière, l’ex-premier ministre islandais Geir Haarde a été déclaré coupable, en avril 2012, par un tribunal spécial qui n’a retenu aucune sanction à son encontre.

Quant aux responsables du désastre – les banquiers spéculateurs qui ont provoqué l’effondrement du système financier islandais –, ils n’ont pas bénéficié de la mansuétude en vogue à leur égard dans le reste de l’Europe où ils ont été systématiquement absous. En Islande, ils ont été poursuivis par la justice et mis en prison, par Olafur Thor Hauksson, Procureur spécial nommé par le Parlement. Même le Premier Ministre Geir Haarde, accusé de négligence dans la gestion de la crise, n’a pu éviter un procès [7].

Une alternative à l’austérité

Les résultats de la politique économique et sociale islandaise ont été spectaculaires. Alors que l’Union européenne se trouve en pleine récession, l’Islande a bénéficié d’un taux de croissance de 2,1% en 2011 et prévoit un taux de 2,7% pour 2012, et un taux de chômage oscillant autour de 6% [8]. Le pays s’est même offert le luxe de procéder au remboursement anticipé de ses dettes auprès du FMI [9].

Le président islandais Olafur Grímsson a expliqué ce miracle économique : «  La différence est qu’en Islande, nous avons laissé les banques faire faillite. C’était des institutions privées. Nous n’y avons pas injecté de l’argent pour les maintenir à flot. L’Etat n’a pas à assumer cette responsabilité  » [10].

Contre toute attente, le FMI a salué la politique du gouvernement islandais – qui a appliqué des mesures aux antipodes de celles qu’il préconise –, une politique qui a permis de préserver « le précieux modèle nordique de protection sociale ». En effet, l’Islande dispose d’un indice de développement humain assez élevé. « Le FMI déclare que le plan de sauvetage à la manière Islandaise fournit des leçons pour les temps de crise ». L’institution ajoute que « le fait que l’Islande soit parvenue à préserver le bien être social des ménages et obtenir une consolidation fiscale de grande ampleur est l’une des plus grandes réussites du programme et du gouvernement islandais ». Le FMI a néanmoins omis de préciser que ces résultats ont été possibles uniquement parce que l’Islande a rejeté sa thérapie de choc néolibérale et a mis en place un plan de relance alternatif et efficace [11].

Le cas de l’Islande démontre qu’il existe une alternative crédible aux politiques d’austérité appliquées à travers l’Europe. Celles-ci, en plus d’être économiquement inefficaces, sont politiquement coûteuses et socialement insoutenables. En choisissant de placer l’intérêt général au-dessus de celui des marchés, l’Islande montre la voie au reste du continent pour sortir de l’impasse.

par Salim Lamrani

Source : Voltairenet

Prix Nobel de la paix ou de la guerre ? L’Europe et les douleurs des peuples

Étiquettes

, , ,

« Dieu a dit, il y aura des hommes blancs, des hommes noirs, il y aura des hommes grands, des hommes petits. Il y aura des hommes beaux, des hommes moches et tous seront égaux, mais ça sera pas facile.  Il y en aura même qui seront noirs, petits et moches et pour eux, ce sera très dur!  »  Coluche

La nouvelle   a fait l’effet d’une bomber : le prix Nobel de la paix est attribué cette année à l’Union Européenne : Le président du comité Nobel norvégien Thorbjoern Jagland déclare: « L’UE et ses ancêtres contribuent depuis plus de six décennies à promouvoir la paix, la réconciliation, la démocratie et les droits de l’Homme en Europe » 

Le Prix Nobel de la paix et ses intrigues

On sait que le prix Nobel de la paix récompense “ la personnalité ayant le plus ou le mieux contribué au rapprochement des peuples, à la suppression ou à la réduction des armées permanentes, à la réunion et à la propagation des progrès pour la paix ” selon les volontés d’Alfred Nobel.  L’écrivain  Stefan Zweig rapporte  que Florence Nightingale aurait été à l’origine de la fondation de ce Prix Nobel en convaincant Alfred Nobel afin qu’il répare le “ mal qu’il avait causé avec sa dynamite ”. Plusieurs prix sont décernés : Chimie, physique, médecine et physiologie, et littérature. Le prix de mathématiques fait l’objet d’un autre prix :le prix Abel.  Certaines nominations ont eu une résonance particulière comme celle de Roosevelt en 1906,  il était militariste ! Curieusement il y  eut un autre exemple…

La consécration par l’attribution du Prix Nobel est présenté par  la doxa occidentale  comme le summum de la consécration «universelle» d’un mérite.  Quand certaines de ces listes des « nominés »  ont été révélées à la presse, on a pu découvrir qu’Adolf Hitler avait été un temps nommé en 1939 par Erik Brandt, membre du Parlement suédois D’autres propositions de ce genre ont été soumises au Comité telles que celle de Benito Mussolini (en 1935) ou encore Joseph Staline (en 1945 et en 1948). C’est dire l’instrumentalisation qui avait lieu en coulisses pour introniser quelqu’un et barrer la route aux autres ».(1)

 « Il n’est pas question pour nous de rejeter en bloc, toutes les attributions, nous devons nous incliner, par exemple, humblement devant Mère Théresa qui méritait mille fois cette distinction, il nous faut nous souvenir que Gandhi- l’apôtre de la non violence- n’a pas eu le prix Nobel, malgré qu’il ait été nominé plusieurs fois La Grande-Bretagne s’était opposée. (..) S’agissant du feuilleton des prix Nobel octroyés aux dirigeants arabes «normalisés» qui acceptent l’ordre impérial avec Israël comme poste avancé de la démocratie en Barbarie. Deux séries de prix Nobel pour rien: Sadate et Begin, ce qui a permis de neutraliser définitivement l’Egypte. Arafat, Rabin qui a permis Oslo et le dépeçage de ce qui reste de la Palestine.  On se demande pourquoi Mahmoud Abbas n’a pas eu le prix Nobel, lui qui a fait de la reddition sans condition un mode de gouvernement et de négociation ».(1)

On se souvient qu’en réaction à l’attribution du prix Nobel de littérature au dissident chinois Liu Xiaobo, la Chine avait  mis en place le prix Confucius. Confucius a consacré sa vie entière à l’éducation avant de quitter ce monde en 479 av. J.-C. Le confucianisme insiste sur l’harmonie et l’équilibre. « Qui, écrivait le journal Le Monde, du lauréat Confucius ou Nobel incarnera la paix en 2010 ? La compétition entre la vision pacifique du philosophe chinois et celle du comité norvégien est officiellement ouverte avec l’organisation, jeudi 9 décembre à Pékin, du “prix de la paix Confucius” à la veille de la cérémonie de remise du prix Nobel de la paix, attribué en octobre au dissident chinois.(2)

 Les réactions à l’attribution du prix Nobel à l’Union Européenne

Les  Officiels européens ont accueilli cette nouvelle comme du pain béni. Elle vient donner un rayon de soleil dans une atmosphère plombée par l’austérité et l’avenir de l’euro.  La plupart des réactions ont mis en exergue l’aspect financier et la clochardisation des peuples faibles, pourtant européens. « Rosemar » s’interrogeant sur le bien fondé de ce mérite, écrit: « (…) Certains pays du Sud vivent des situations dramatiques : chômage, précarité, désarroi, avenir incertain, recours aux aides populaires : ces peuples là, s’ils ne vivent pas une situation de guerre, ne sont pas épargnés et subissent une véritable attaque des marchés financiers : les taux d’intérêt de leurs prêts atteignent des niveaux indécents et scandaleux.. A quelles personnes réelles ce prix s’adresse-t-il ?  A des banquiers véreux qui dirigent l’Europe et qui imposent des mesures d’austérité à des peuples en souffrance ? A des chefs d’état qui subissent eux mêmes les lois de la finance et qui acceptent de s’y soumettre ? Qu’en pensent les Grecs, les Espagnols, les Portugais ? Comment perçoivent-ils cette annonce de l’attribution du prix Nobel de la paix ? N’ont-ils pas le droit de se sentir une nouvelle fois humiliés, annihilés par cette décision qui encense une union européenne toute puissante pour leur imposer une austérité toujours plus grande ?

La guerre économique que subissent ces peuples est bien réelle, elle pèse sur les épaules des plus fragiles, de ceux qui ont perdu leur travail, n’ont plus aucune perspective d’avenir, qui fuient leur propre pays parfois dans un désespoir total (3)

Attac  le site alternatif françaisaussine s’en félicite pas. On lit: « il est complètement déplacé de récompenser l’Union européenne, alors même que ses institutions imposent de vastes plans d’austérité sociale dans le dos des peuples, renforcent les capacités militaires de l’UE et la chasse aux migrants et mènent une politique commerciale agressive. (…) Comment donner le prix Nobel de la paix à une Union européenne forteresse qui mène une politique de fermeture de ses frontières faisant des milliers de victimes ? Une Union qui s’engage à “améliorer progressivement ses capacités militaires (art. 42.3 du TUE) et qui reconnaît la suprématie de l’OTAN ? Quel message pour les peuples qui subissent sa stratégie d’exportation commerciale agressive par la signature d’Accords de partenariat économique qui laminent, par la libéralisation des marchés, des secteurs économiques entiers dans les pays du Sud ?  Enfin, quel message pour les millions de citoyens qui se mobilisent depuis deux ans, sur les places publiques en Grèce, en Espagne ou au Portugal, contre la destruction de leurs droits sociaux et les décisions de la Troïka, Commission et Banque centrale en tête ?  Les politiques d’austérité mises en oeuvre depuis deux ans n’ont fait qu’aggraver la situation des pays qui les subissent. »(4)

Dans le même ordre pour Max Keiser L’UE est une technocratie gouvernée par des machines qui se sont associées au système financier pour aspirer tout ce que les citoyens possèdent et le donner à Bruxelles et aux banquiers ainsi qu’à la Banque Mondiale, à l’UE et à la troïka.

Les machines sont primées. C’est grotesque.  (…) C’est comme si on récompensait Frankenstein d’être le plus beau monstre créé au cours de l’année. Qu’est-ce qu’ils vont faire ensuite ? A qui vont-ils le donner la prochaine fois ? A des graines génétiquement modifiées en Inde où les fermiers se suicident par milliers à cause de firmes comme Monsanto. (…) Ils veulent faire de la BCE une super-banque qui supervisera toutes les banques de la zone euro depuis Bruxelles pour garantir les avoirs toxiques et mettre toutes les dettes pourries dans une nouvelle Banque Centrale Européenne pour imposer plus d’austérité et soutirer plus d’argent aux citoyens.   (…) Il n’y a qu’une seule personne qui mérite le prix de la Paix cette année et c’est Julian Assange. Le fait qu’il ne l’ait pas reçu sera une tâche indélébile sur le Comité Nobel.(…°  Le fait que le Comité Nobel soit devenu un rouage de la machine et de la technocratie européenne est très embarrassant.(5)

Samuel Moleaud particulièrement scandalisé par cette distinction écrit :

«  Nous savions déjà que les institutions de ce monde pouvaient commettre les crimes les plus immondes en toute impunité, en toute légalité. Désormais, le crime est subventionné, récompensé par des titres honorifiques. Et oui vous lisez bien, le Comité Nobel norvégien vient de nommer l’Union Européenne prix Nobel de la Paix. De la paix ! Paix, démocratie, droits de l’Homme, l’Union Européenne serait l’entité qui depuis plus de cinq ou six décennies, oeuvre à la fin des guerres et aux droits humains. (…) La Banque Centrale Européenne, la Commission Européenne, le FMI, la Banque Mondiale, l’ensemble des grandes banques privées d’investissement et les gouvernements des pays membres forment une terrible machine de guerre qui a pris le contrôle total sur le destin des gens. (…) – Lorsqu’une directive de Bruxelles est transcrite en loi, règlement ou circulaire dans le droit interne, et qu’elle porte un coup sévère aux libertés individuelles ou aux droits fondamentaux les gouvernements de l’UE l’intègrent à leur Constitution sans aucune consultation populaire, (..) » (6)

 Les guerres de l’Europe aux faibles

Curieusement l’aspect belliciste à de rares exceptions n’est pas évoqué. Samuel Moleaud  écrit à ce propos  : « De même en 2001, des pays de l’UE intervenaient en Afghanistan, puis en Irak en 2003 en déversant des milliers de tonnes de bombes sur Kandahar, Kaboul ou bien Bagdad. La même Europe de la paix apporte aussi son soutien inconditionnel au gouvernement belliciste, nationaliste et fasciste de Benyamin Netanyahou en Israël. Pourquoi ne pas donner un Prix Nobel posthume de la Paix au Troisième Reich ?  On pourrait aussi attribuer un prix Nobel de la Paix à BHL pour avoir invité la présidence Sarkozy à “libérer” la Libye du joug de son dictateur… Le 12 octobre 2012 est à marquer dans les annales de l’obscurantisme européen. Merci le Comité Nobel pour votre ironie ». (6)

Même analyse du journal Le point : «(..) Ce choix s’accompagne aussi d’une part d’amnésie du comité Nobel. Car le blason pacifique de l’Europe est entaché d’un gigantesque échec : la guerre dans les Balkans. Au début des années 90, l’Allemagne a joué un rôle d’accélérateur de la dislocation non contrôlée de la Yougoslavie en soutenant la Croatie dans sa marche forcée vers l’indépendance. François Mitterrand est aussi responsable de n’avoir pas voulu freiner l’expansion serbe à coups de crime de guerre, au nom d’une vieille et soi-disant sacrée amitié franco-serbe. Surtout, l’Union européenne a manqué à tous ses devoirs en étant incapable pendant 9 ans d’arrêter cette guerre sanglante sur son propre continent qui a fait 200 000 morts, un million de déplacés et un génocide, celui de Srebrenica ».(7)

Il est vrai qu’il ne faut  pas oublier que  l’Europe  a été la pierre angulaire de la traite esclavagiste- le fameux Code Noir en France qui devait déboucher sur le siècle des lumières- et par la suite des aventures coloniales, notamment après la Conférence de  Berlin de 1884-1885 qui marqua l’entente européenne pour le partage et la division de l’Afrique. On le voit Cette Europe est de toutes les expéditions de l’Empire comme vassal obéissant ( le Kossovo, Srebrenica, avec 8000 morts il est vrai que ce ne sont que des musulmans et la Franc s’est particulièrement illustré c’est en effet un général français qui commandait les troupes qui ont permis à  Karadzic de trucider les bosniaques.. Il ne faut pas oublier les expéditions honteuses de l’Irak avec la coalition de 26 Nations dont les principales nations européennes il ne faut l pas oublier l’invasion de l’Irak  de l’Afghanistan avec l’Isaf composé d’européens de canadiens d’américains… Il ne fau pas oublier la Libye avec les milliers de morts dont on fera un jour le décompte et l’attribution. Il ne faut pas oublier de citer  enfin, un autre conflit qui a vu l’intervention entre autres des Anglais des Français celui de la Syrie dans la plus pure tradition des accords Sykes-Picot il y a de cela un  siècle. 

Cette Europe qui  diabolise ses minorités, il n’est que de voir le sort des Roms ballotés de pays en pays ;  Chacun a en tête l’humanité de la forteresse Europe et sa politique aux frontières en mettant en place une véritable armées – le dispositif frontex- pour repérer les clandestins en mer comme    c’est le cas du dispositif mis en place sur les côtes espagnoles, françaises et italiennes pour  repérer les « pateras », les embarcations des damnés de la terre qui  tentent la traversée du détroit ; L’Europe de la paix c’est aussi la chasse aux sans papier, les zones de rétention sans limite-même pour les enfants- avant le renvoi dans leurs pays de ces épaves harassées par le sort. Il est aussi utile de signaler le sort de ces autres minorités. Tour ceci nous dit on parce que l’Europe ne peut pas « accueillir toute la misère du monde » pour paraphraser Michel  Rocart. Il faut enfin, parler de ces minorités musulmanes autres véritables épaves qui servent de variables d’ajustement  et d’exutoire de la malvie .   Il n’y a pas un pays européen  où les musulmans vivent en paix diabolisés constamment par des médis qui surfent sur l’air du temps.   Pour toutes ces raisons peut-on parler de prix Nobel de la paix de la haine de la guerre ?  C’est tout cela en même temps.  

Conclusion

Il ne faut pas oublier aussi que le  prix Nobel de la paix est remis par le roi de Norvège  la patrie du   Norvégien Anders Behring Breivik restera dans l’histoire comme l’un des tueurs les plus sanguinaires par haine de l’islam et du multiculturalisme. L’extrémiste de droite.    Cette Europe est composée des pays tentés par le repli et les discours populistes, les chefs d’Etat Merkel  et Sarkozy en tête parlant de l’échec du multiculturalisme, ce qui permit l’ouverture de la boite de Pandore pour rechercher l’allogène, le musulman « ce pelé, ce tondu d’où viennent tous nos maux » . En un mot, ce fut la curée avec des armes médiatiques aussi létales que les réelles, les caricatures, à répétition et le point d’orgue à l’échelle mondiale un film anti-islam qui fut du pain béni et un objet de délectation de tout ceux qui veulent du bien au vivre ensemble.

Comment expliquer aux   chômeurs de France, d’Italie, de  Grèce ou d’Espagne qu’ils vivent dans un univers de paix ? eux qui se  battent au quotidien pour garder la tête hors de l’eau ? Ce Nobel est attribué sur fond de désunion des Etats européens, dont la solidarité est actuellement mise à rude épreuve, les riches économies du Nord traînant des pieds pour venir en aide aux pays du Sud financièrement asphyxiés par une dette publique excessive et soumis à des cures d’austérité. Fermons nos oreilles aux projets  prochains d’invasion du Mali pour sauver les monuments…Si l’Europe avait la moindre velléité de paix elle ne baserait pas son économie sur la vente de matériel de guerre et n’enverrait pas ses armées massacrer au 4 coins du globe au nom de grands principes qu’elle ne respecte pas. Le prix Nobel de la paix est dans les faits un prix Nobel de la guerre contre les faibles du monde qu’ils soient au Nord, au Sud, à l’Est ou l’Ouest..

Prof. Chems Eddine Chitour

1.http://www.mondialisation.ca/l-ordre-occidental-imp-rial-strat-gie-d-attribution-des-prix-nobel/?print=1

2.http://www.legrandsoir.info/Confucius-contre-Nobel-la-deconstruction-d-un-mythe-fondateur-occidental.html

3.http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/prix-nobel-de-la-paix-pour-l-union-124160

4.Site alter mondialiste Attac France, le 12 octobre 2012.

5.http://www.legrandsoir.info/d-abord-l-union-europeenne-et-ensuite-frankenstein-la-decision-du-comite-du-prix-nobel-est-grotesque-rt.html

6.Samuel Moleaud larmes à l’œil et glaires au gosier par trop d’écœurement. http://sam-articles.over-blog.com. 13 octobre 2012

7.http://www.lepoint.fr/monde/nobel-de-la-paix-a-l-ue-un-acte-politique-fort-au-prix-d-une-amnesie-12-10-2012-1516410_24.php