Étiquettes

, , , , ,

Présentation de l’éditeur

Pendant plus de quinze ans, de 1955 à 1971, la France a mené au Cameroun une guerre secrète. Une guerre coloniale, puis néocoloniale, qui a fait des dizaines de milliers de victimes, peut-être bien
davantage. Une guerre qui a littéralement disparu des histoires officielles. En France, où l’on enseigne toujours que la décolonisation de l’Afrique francophone a été exemplaire et pacifique. Comme au Cameroun, où beaucoup s’en souviennent tant elle a marqué la société, mais où, aujourd’hui encore, rares sont ceux qui osent en parler… C’est dire l’importance de ce livre, rigoureusement documenté, retraçant pour la première fois l’histoire de la guerre oubliée qui opposa les autorités françaises aux partisans de l’Union des populations du Cameroun (UPC), le parti indépendantiste de Ruben Um Nyobè, Félix Moumié et Ernest Ouandié, assassinés respectivement en 1958, 1960 et 1971. Pendant quatre ans, les auteurs ont enquêté en France et au Cameroun. Ils ont recueilli des dizaines de témoignages inédits, de survivants des massacres comme d’anciens militaires. Dans les archives, ils ont consulté des milliers de documents et fait d’incroyables trouvailles. Ils montrent comment l’administration et l’armée françaises, avec leurs exécutants locaux, a mené pendant des années une contre-guérilla particulièrement sanglante : bombardement des populations, milices d’assassins, propagande, manipulation, torture généralisée, etc. Des pratiques qui marqueront durablement le nouvel Etat camerounais. Cinquante ans après la
pseudo-indépendance accordée au Cameroun le 1er janvier 1960, cette histoire est plus que jamais
d’actualité. Car elle est aussi celle de la naissance de la Françafrique, fruit du consensus colonial
de la IVe République, de François Mitterrand à Gaston Defferre, et de la diplomatie secrète de
la Ve République, celle du général de Gaulle, de Pierre Messmer et de Jacques Foccart. Issu de
l’impitoyable répression des nationalistes, le régime de Yaoundé incarne en effet plus que tout autre
Etat africain l’histoire de la Françafrique. Après vingt-cinq ans de règne du parti unique d’Ahmadou
Ahidjo, puis vingt-cinq ans de déliquescence sous Paul Biya, le Cameroun attend encore une véritable indépendance…

Biographie de l’auteur

Thomas Deltombe, journaliste indépendant, est l’auteur de « L’Islam imaginaire. La construction médiatique de l’islamophobie en France, 1975-2005 » (La Découverte, 2005). Manuel Domergue est journaliste au magazine « Alternatives économiques ». Jacob Tatsitsa, enseignant, est doctorant en histoire à l’université de Yaoundé-l.

Vodpod videos no longer available.