Étiquettes

, ,

alterinfo.net

Malabo, Guinée Equatoriale – Le président de la Guinée Equatoriale, Obiang Nguema Mbasogo, a déclaré lundi, qu’il était conscient que son pays puisse vivre une situation similaire à celle de la Libye ou du monde arabe en général, et a exhorté ses concitoyens à se préparer pour une telle éventualité. ‘Ce qui est en train d’arriver en Libye peut aussi arriver en Guinée Equatoriale. Pour cela, nous devons être vigilants. S’ils viennent pour nous envahir, nous devons agir comme des soldats”, a averti M. Nguema durant les célébrations du 25ème anniversaire de la fondation du Parti démocratique de la Guinée équatoriale (PDGE). La cérémonie commémorative de cet anniversaire du parti au pouvoir en Guinée Equatoriale et dirigé par Nguema, arrivé au pouvoir le 3 août 1979 par un coup d’Etat, a été retransmise en direct par la télévision nationale et a paralysé le pays, car coincidant avec un jour férié.

Durant son allocution devant des militants et sympathisants du PDGE, M. Nguema a dit vouloir inculquer à la population l’esprit de ‘solidarité et le sentiment nationaliste comme seuls instruments pour éviter que nous soyons manipulés’.

Il a accusé l’Occident de chercher à s’approprier des richesses des pays africains ‘pour résoudre leurs problèmes de crise interne’, alors que, à son avis, ces derniers ‘n’ont jamais convoité ou spolié les ressources naturelles des autres nations du monde’.

Pour lui, le problème de la Libye, par exemple, ‘est économique et non politique’, parce qu’il a été provoqué et les Etats européens en ont tiré profit ‘pour résoudre leurs crises financières’.

‘Les Etats européens se sont dépêchés de congeler les fonds libyens déposés dans leurs banques, non pas pour résoudre le problème de la Libye, mais pour trouver des solutions à leurs crises économiques et financières‘, a déclaré le président Nguema, souvent interrompu et ovationné par le parterre.

Il a disqualifié les accusations faites contre lui comme ‘ditacteur’ pour être resté longtemps au pouvoir, observant que sa permanence prolongée à la tête des destinées de la Guinée Equatoriale ‘s’explique par l’absence d’alternatives’ car le pays ‘ne peut pas être gouverné par des incompétents, mais c’est le peuple qui choisit ceux qui doivent le gouverner’.

Il a aussi ironisé pour répondre à ceux qui le qualifient de ‘président le plus riche au monde’ affirmant que personnellement, il ne voyait aucun problème à avoir un tel statut car son pays ‘est riche’.

‘Ils m’accusent d’être le président le plus riche du monde. Mais pourquoi ne devrai-je pas l’être si mon pays est riche? Qu’ils nous laissent en paix’, a soutenu le chef d’Etat équato-guinéen, actuel président en exercice de l’Union africaine (UA), qui vient de réaliser la 17ème session ordinaire à Malabo.

La vision de Obiang Nguema Mbasogo en tant que président en exercice de l’UA sur les événements dans le monde arabe, semble se démarquer de la lettre et de l’esprit des décisions finales du 17ème sommet de l’UA que son pays a abrité et qui s’est félicité des soulèvements populaires survenus en Tunisie et en Egypte.

Le document final de ce sommet considère comme ‘évolution positive’ les situations enregistrées dans ces deux pays arabes de l’Afrique du Nord, saluant notamment le ‘climat de liberté, de démocratie et d’ouverture politique’ résultant des révolutions que ces deux nations ont connues, ouvrant la voie au ‘respect des libertés fondamentales des citoyens et des droits de l’homme’.
http://www.afriquejet.com/afrique-centrale/guinee-equatoriale/guinee-equatoriale:-vers-une-eventuelle-revolution-du-type-arabe?-2011070617488.html http://www.afriquejet.com/afrique-centrale/guinee-equatoriale/guinee-equatoriale:-vers-une-eventuelle-revolution-du-type-arabe?-2011070617488.html