Étiquettes

,

Un district du nord de l’Inde a lancé une loterie pour tenter d’encourager la stérilisation volontaire, dotée de nombreux prix dont le premier est une voiture Nano, a déclaré à l’AFP un médecin de la région.

Un district du nord de l’Inde a lancé une loterie pour tenter d’encourager la stérilisation volontaire, dotée de nombreux prix dont le premier est une voiture Nano, a déclaré à l’AFP un médecin de la région.

« Nous voulons encourager la stérilisation », a expliqué le Dr Pratap Singh Dutter, chef adjoint des autorités sanitaires du district de Jhunjhunu, dans le Rajasthan. « Tous ceux qui se feront stériliser d’ici le 30 septembre participeront à la loterie ».

Le premier prix est une voiture Nano, la moins chère du monde à 3.000 euros, mais les prix incluent également motos, téléviseurs ou robots ménagers.

Le district est loin d’avoir atteint ses objectifs en matière de stérilisation, qui sont de 21.000 personnes pour l’année entière, et espère ainsi attirer « au moins 6.000 personnes », a ajouté le Dr Dutter.

L’Inde a déjà plus d’un milliard d’habitants et devrait devenir en 2030 le pays le plus peuplé du monde, dépassant la Chine. Même si le taux de fertilité a nettement diminué depuis 20 ans, passant de 4 enfants par femme en moyenne en 1990 à 2,6 aujourd’hui, la population continue à croître à un rythme jugé trop élevé par les autorités.

Au fil des décennies, de nombreux programmes, plus ou moins sérieux, ont été lancés pour tenter de diminuer le nombre des naissances. Le plus controversé avait été mis en place dans les années 1970 sous le Premier ministre Indira Gandhi et prévoyait la stérilisation obligatoire pour les hommes qui avaient déjà au moins deux enfants.

Plus récemment, il y a deux ans, le ministre de la Santé Ghulam Nabi Azad avait suggéré d’utiliser la télévision, avec des programmes très tardifs afin que les gens s’endorment immédiatement après.

Des spécialistes de planning familial ont estimé que le programme lancé par le district de Jhunjhunu n’était pas une bonne idée. « C’est une forme déguisée de contrainte », a déclaré à l’AFP Sona Sharma, de l’ONG Population Foundation of India.

De plus, a-t-elle estimé, « l’afflux de patients au même moment » risque de provoquer une diminution de la qualité des soins.

Les experts sont partagés sur les conséquences de l’accroissement de population pour l’économie indienne. Certains y voient un avantage, avec l’arrivée de nombreux jeunes sur le marché du travail, tandis que d’autres estiment que les ressources du pays sont insuffisantes pour permettre à une telle population de vivre correctement.

Source : LE POINT