Étiquettes

, , ,

Lancé en février 2011 par la courageuse Amina Abdallah Arraf, le blog « Gay Girl in Damascus » s’est efforcé de décrire la situation des lesbiennes en Syrie et la répression politique du régime dictatorial des Al-Assad.

Le 7 juin 2011, une personne se présentant comme son cousin, annonçait à la une du blog que la jeune femme avait été arrêtée par trois hommes armés qui l’avaient emmenée dans une voiture banalisée arborant un écusson officiel sur le pare-brise. [1]

Immédiatement, une vague de solidarité se levait sur la Toile, de multiples comptes Facebook appelaient à sa libération, et des manifestations étauient organisées devant plusieurs ambassades syriennes.

Las ! Démasqué par des militants pro-Syriens qui avaient identifié son IP, l’activiste anti-Assad Tom MacMaster a dû reconnaître qu’Amina Abdallah Arraf n’existait pas et que son blog était un leurre.

De nationalité états-unienne, Tom McMaster est maître de conférence à l’Université St Andrews (Écosse) où il termine un doctorat sur l’économie syrienne. Il est actuellement en Turquie où il a participé au congrès anti-Assad appelant à une intervention de l’OTAN en Syrie.

« Gay Girl in Damascus » a largement été cité durant les derniers mois dans la presse anglo-saxonne comme un témoignage direct de la « répression » en Syrie.

La Syrie laïque ne réprime pas l’homosexualité qui ressort de la vie privée. Par contre, les takfiristes qui tentent depuis deux mois de renverser le régime souhaitent instaurer un État islamique qui punirait de mort l’homosexualité.

Source : Reseau Voltaire