Étiquettes

, , ,

Source: forum DHR

En Belgique, comme au Rwanda, on fourbit les armes idéologiques propagées par les mots et des lois contre les décrétés accusés « négationnistes ». Au nom du mot « négationnisme », de son utilisation, et de la loi de 1995 mise au point suite à l’apparition de Faurisson qui niait l’existence des chambres à gaz,  voici ou revoici notre « lettre ouverte aux vrais négationnistes ». Nous rappelons qu’il ne s’agit pas de parler de la Shoah qu’ont subi les juifs mais bien de l’amalgame que certains veulent imprimer dans les esprits en Belgique et ailleurs au sujet du Rwanda, cela afin de cacher les vrais enjeux sur toute l’Afrique et la majorité des crimes dont ils sont complices, depuis 1990, au moins.

AUX « VRAIS NEGATIONNISTES »

Ceux qui empêchent les autres de pleurer leurs morts,

Ceux qui nient la mort des autres en ne parlant que de la leur ou de celles de leur clan,

qui empêchent les autres d’en parler en les effrayant,

en effrayant les chercheurs, diseurs de vérités.

Aux vrais négationnistes,

ceux qui sans vergogne nient, étouffent la parole et les deuils, le chagrin de ceux qui savent.

Ceux qui les relayent et empêchent, interdisent, nient leur existence ou la salissent.

Ceux qui veulent répandre à tous cris le mensonge dans les nouvelles générations ignorantes par le biais de l’enseignement et de l’éducation permanente,

de la culture et de la politique

et ce avec les deniers publics, les nôtres.

Ceux qui traînent les autres devant des tribunaux qu’ils n’ont nullement mérités.

Ceux qui soutiennent le bien fondé d’une justice inique et improvisée,

Transformant les lieux publics en tribunaux expéditifs.

Ceux qui corrompent, qui payent de faux témoins, qui avilissent l’intégrité et toute parole humaine, toute conscience restante,

Ceux, de nos élus, de nos élites, universitaires ou pas, qui osent les soutenir

et se présentent souriant(e)s, faussement innocent(e)s

sur des écrans et à la tête de parterres de conférences.

Abuseurs(se)s patentés, indignes d’éducation populaire ou pas.

Ceux qui cherchent à travestir l’histoire.

Ceux qui utilisent la victimisation au bénéfice matériel de leur propre descendance ou communauté, afin peut-être, de rendre plus exceptionnelle leur histoire.

Ceux qui par tous les biais s’ingénient à empêcher la libre expression,

quand il s’agit de celle des autres,

détournant notamment les canaux médiatiques à leur avantage ;

cela, au nom, à présent, d’une prétendue « résilience » personnelle, clanique ou communautaire revendiquée.

Ils ne sont pas conscients, sans doute…. qu’ils se font à long terme plus de torts que de bien.

A ceux-là, négationnistes de la vérité, nous disons : Nous soutenons ceux qui ont besoin et qui veulent qu’on sache ce qui s’est passé et ce qui se passe.

A.F.   – Avril 2010.