Étiquettes

, ,

L’arrestation de l’opposante politique Victoire Ingabire, leader du parti d’opposition FDU Inkingi le jeudi 14 octobre dernier, apparait comme une vaste mystification du pouvoir en place. Officiellement accusée d’atteinte à la sûreté de l’état, Victoire Ingabire est accusée d’avoir mis en place un groupe armé baptisé le CFD (coalition des forces démocratiques), chargé de semer le chaos au Rwanda. Son accusateur n’est autre que Vital Uwumuremyi, ancien officier des forces armées rwandaises (FAR) d’Habyarimana, ancien cadre des FDLR (Forces démocratiques de libération du Rwanda), groupe armé qui opère dans l’est de la RDC. Vital Uwumuremyi aurait été arrêté le 13 octobre, à la frontière rwando-congolaise dans la région Nord. Des déclarations contradictoires ont été publiées sur les circonstances de son arrestation et surtout sur son passage aux aveux. Selon l’agence de presse africaine, citant des sources proches des services de renseignement, Vital Uwumuremyi serait passé aux aveux après un interrogatoire musclé, en accusant Victoire Ingabire d’avoir fomenté et supervisé des troubles au Rwanda. Selon l’agence de presse rwandaise, ainsi que le New Times, Vital Uwumuremyi était porteur au moment de son arrestation, de documents prouvant l’existence d’un groupe terroriste, le CFD, mis en place par Victoire Ingabire, de concert avec des membres des FDLR. Ces différents organes de presse citent quant à eux Eric Kayiranga, porte-parole de la police.
La personnalité même de Vital Uwumuremyi ne lasse pas d’intriguer. Loin d’être un rebelle en actvité, Vital Uwumuremyi est un FDLR repenti, qui a rendu les armes en février 2009, en compagnie du lieutenant-colonel Michel Habimana, et du capitaine Pintien Nkeramihigo. Il travaillait, depuis 2009, comme courtier, et était, selon un communiqué du parti FDU-Inkingi, en contact régulier avec les services de renseignement rwandais.
Par ailleurs, fait remarquer le FDU, la propriété de Victoire Ingabire était encerclée depuis le 8 octobre, bien avant l’arrestation opportune de Vital Uwumuremyi. Tout semble indiquer que l’arrestation de Victoire Ingabire avait été préméditée. Elle fait suite à des déclarations d’Ingabire, demandant la fin de la culture de l’impunité au Rwanda. Lesquelles déclarations s’appuient sur le rapport du haut comité des droits de l’homme de l’Onu, qui fait état de massacres massifs de population hutu entre 1993 et 2003, perpétrés par le régime en place au Rwanda. Lors de son point presse, Eric Kayiranga a également déclaré que les documents saisis sur Vital Uwumuremyi font état de l’implication, dans la mise en place du groupe terroriste CFD, de nombreux Rwandais vivant en Europe, et d’autres Rwandais vivant au Rwanda, et fraichement revenus d’Europe. Il faut s’attendre, dans les jours qui viennent, à de nouvelles arrestations ou à l’émission de mandats d’arrêts internationaux. Voire les deux.