Étiquettes

, , , ,

KIGALI (Reuters) – Un avocat américain venu défendre une candidate à l’élection présidentielle rwandaise a été arrêté vendredi pour avoir nié le génocide antitutsi de 1994, ont annoncé le parquet et la police.

Peter Erlinder séjournait depuis une semaine dans ce pays de l’Afrique des Grands Lacs pour assurer la défense de Victoire Ingabire, elle-même arrêtée, puis libérée sous caution en avril, pour appartenance supposée à un groupe terroriste et promotion de l’idéologie génocidaire.

« Il a été interpellé ce matin », a précisé le porte-parole de la police, Eric Kayiranga, à propos de Peter Erlinder. « Il a affirmé qu’il n’y a pas eu de génocide au Rwanda, qu’aucun Tutsi n’a été tué par des Hutus. »

Selon le procureur général Martin Ngoga, l’avocat américain a été arrêté pour des remarques faites dans des publications et des déclarations. Le procureur n’a pas pu citer devant Reuters de propos précis tenus par le visiteur américain.

Aux termes d’une loi votée en 2003 au Rwanda, toute personne jugée coupable d’avoir nié ou minimisé de façon grossière le génocide, d’avoir tenté de justifier le génocide ou détruit des preuves afférentes est passible d’une peine allant de dix à 20 ans de prison.

L’ambassade des Etats-Unis à Kigali a confirmé l’arrestation de Peter Erlinder, qui défend des personnes poursuivies pour génocide devant le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR), qui siège à Arusha (Tanzanie).

Son interpellation est survenue quelques jours après que le gouvernement américain a exprimé ses craintes quant à la liberté d’expression au Rwanda à l’approche du scrutin présidentiel du mois d’août, comme l’ont déjà fait des ONG de défense des droits de l’homme.

En avril, Peter Erlinder avait porté plainte aux Etats-Unis contre l’actuel président rwandais Paul Kagamé en l’accusant d’avoir ordonné la destruction par un missile de l’avion transportant le chef de l’Etat de l’époque, Juvénal Habyarimana, début avril 1994. Cet événement avait été l’élément déclencheur des massacres à grande échelle de quelque 800.000 Tutsis et Hutus modérés par des extrémistes hutus.

Hereward Holland, version française Jean-Loup Fiévet

editions sources du nil