Étiquettes

, , ,

Le secrétaire d’État adjoint aux Affaires africaines – le Monsieur Afrique de Barack Obama – a condamné en des propos assez peu diplomatiques la gouvernance démocratique du Rwanda.

« Qui peut se permettre de nous donner des leçons de démocratie ? », s’interrogeait il y a peu le président rwandais Paul Kagamé dans une interview à Jeune Afrique. Il semblerait que la réponse soit désormais connue. Car c’est un sérieux désaveu que le secrétaire d’état adjoint aux Affaires africaines, Johnnie Carson, vient d’adresser à Kigali en quelques phrases assassines. Celles-ci ont été prononcés mardi 25 mai devant une commission parlementaire à Washington, puis reproduites sur le site internet du département d’Etat. Petit florilège.

« L’environnement politique à l’approche de l’élection [présidentielle du 9 août, NDLR] a été entaché d’une série d’actions inquiétantes prises par le gouvernement du Rwanda, qui constituent des tentatives de restreindre la liberté d’expression », dit Carson.

« En quelques mois, le gouvernement a suspendu deux journaux, annulé le permis de travail et refusé le visa à une chercheuse de Human Rights Watch, et arrêté (puis libéré conditionnellement) la dirigeante de l’opposition Victoire Ingabire », a dénoncé le diplomate. « En dépit de plusieurs tentatives, deux partis politiques – le Parti vert et les FDU [Forces démocratiques unifiées, de Mme Ingabire, NDLR] – n’ont toujours pas réussi à se faire enregistrer », poursuit Carson, qui fait également état de « dissensions » au sein du parti au pouvoir, le Front patriotique rwandais (FPR) du président Kagame.

Garantir des élections libres

« Nous avons fait part de nos inquiétudes sur ces développements au gouvernement rwandais, en exhortant ses hauts dirigeants à respecter les libertés d’expression, de presse, d’association et de rassemblement », ajoute encore Carson. « De manière particulière, nous avons pressé les dirigeants de permettre aux organisations internationales et locales et aux médias d’opérer et faire leurs rapports librement ».

Washington a « également demandé aux dirigeants de traiter Victoire Ingabire conformément au droit international et de lui garantir un procès rapide, équitable et transparent ». « Nous avons appelé le gouvernement et tous les partenaires régionaux et internationaux à travailler ensemble pour garantir des élections libres, équitables et transparentes que mérite le Rwanda », rapporte-t-il – en sous-entendant au passage qu’elles pourraient ne pas l’être.

« Nous convenons, dans le contexte de l’événement le plus tragique de l’Histoire récente -le génocide- que le besoin de sécurité, de stabilité et de réconciliation est crucial. Mais la stabilité à long terme sera mieux promue par une gouvernance démocratique et le respect des droits humains », a-t-il enfin martelé.

Réplique immédiate de Kigali : l’un des défenseurs de l’opposante Victoire Ingabire, l’avocat et professeur de droit américain Peter Erlinder, a été arrêté vendredi 28 mai, moins d’une semaine après être entré en territoire rwandais, et accusé de nier la réalité du génocide des Tutsi de 1994. (avec AFP)

Telecharger le document officiel

Source: Jeune Afrique